Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /home/anpefsbs/www/inc/config.php:96) in /home/anpefsbs/www/inc/public/lib.urlhandlers.php on line 634

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /home/anpefsbs/www/inc/config.php:96) in /home/anpefsbs/www/inc/libs/clearbricks/common/lib.http.php on line 253

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /home/anpefsbs/www/inc/config.php:96) in /home/anpefsbs/www/inc/libs/clearbricks/common/lib.http.php on line 255

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /home/anpefsbs/www/inc/config.php:96) in /home/anpefsbs/www/inc/public/lib.urlhandlers.php on line 117

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /home/anpefsbs/www/inc/config.php:96) in /home/anpefsbs/www/inc/libs/clearbricks/common/lib.http.php on line 278
Association Nationale Professeurs BSE - L'INRS http://www.anpbse.com/index.php? La première association des profs de Biotechno fr Fri, 18 Jun 2021 00:03:11 +0200 http://blogs.law.harvard.edu/tech/rss Dotclear Les couteaux dans l'agroalimentaire - Modalités d'affûtage et d'affilage (ED 6274) http://www.anpbse.com/index.php?post/http%3A//kiosque.inrs.fr/lettre/archives/%3Fa%3D3841 urn:md5:9a42636d563184ae34e71055e1e1fd5f Mon, 12 Feb 2018 22:00:00 +0100 Etienne L'INRS <img src="http://kiosque.inrs.fr/lettre/archives/001/123/20180212211348_inrs123-publi1-ed6274.jpg" alt="photo" title="Brochure : Les couteaux dans l'agroalimentaire - Modalités d'affûtage et d'affilage (ED&nbsp;6274)" align="left" border="0" /><br />Ce document, destiné à l'encadrement ou la direction des entreprises agroalimentaires, s'intéresse à la gestion des couteaux pour améliorer, notamment, la prévention des troubles musculosquelettiques.<br /><ul><li><a href="http://kiosque.inrs.fr/lettre/go.php?l=9042&amp;p=4">La brochure</a></li> </ul> La barbe est-elle compatible avec le port d'un demi-masque filtrant ou d'un masque complet ? http://www.anpbse.com/index.php?post/http%3A//kiosque.inrs.fr/lettre/archives/%3Fa%3D3795 urn:md5:549f87ed9317f84a0686db895385e9cf Wed, 10 Jan 2018 22:00:00 +0100 Etienne L'INRS <br />Non. Le demi-masque filtrant (qui recouvre le nez, la bouche et le menton) et le masque complet (qui recouvre les yeux, le nez, la bouche et le menton) sont des pièces faciales dont l'efficacité repose sur l'étanchéité au visage empêchant l'atmosphère ambiante de pénétrer l'intérieur de l'appareil. Le fait de porter la barbe, y compris une barbe courte – c'est-à-dire lorsque le dernier rasage a eu lieu plus de 8&nbsp;h avant l'utilisation de ce type de protection - crée une surface irrégulière sur le visage, qui nuit à l'étanchéité de la pièce faciale et anéantit la protection apportée. De la même façon, certaines caractéristiques de visage, telles que les favoris, certaines cicatrices ou des éruptions cutanées, sont incompatibles avec le port de ce type de masques. Il faut, dans ces différents cas, choisir des casques ou des cagoules s'ils permettent d'obtenir le facteur de protection minimal requis. Rappelons également qu'en matière de pièces faciales, plusieurs tailles doivent être proposées aux salariés pour permettre à chacun de trouver le modèle lui garantissant le meilleur ajustement.<br /><ul><li><a href="http://kiosque.inrs.fr/lettre/go.php?l=8960&amp;p=4">En savoir plus</a></li> </ul> Travail isolé. Pour une démarche globale de prévention (ED 6288) http://www.anpbse.com/index.php?post/http%3A//kiosque.inrs.fr/lettre/archives/%3Fa%3D3797 urn:md5:5e5bbc1681fd11ffe20ceec1d7d51a0f Wed, 10 Jan 2018 22:00:00 +0100 Etienne L'INRS <img src="http://kiosque.inrs.fr/lettre/archives/001/122/20180111045544_inrs122-publi2-ed6288.jpg" alt="photo" title="Brochure : Travail isolé. Pour une démarche globale de prévention (ED 6288)" border="0" align="left" /><br />Ce document propose une démarche de prévention adaptée au traitement des risques liés au travail isolé, un phénomène qui n'est pas nouveau mais qui tend à se développer, avec l'apparition de nouvelles méthodes de travail, l'accroissement des horaires atypiques, le développement de l'automatisation, le recours aux entreprises extérieures...<br /><ul><li><a href="http://kiosque.inrs.fr/lettre/go.php?l=8962&amp;p=4">La brochure</a></li> </ul> Brochure : Consignes de sécurité incendie – Conception et plans associés (évacuation et ... http://www.anpbse.com/index.php?post/http%3A//kiosque.inrs.fr/lettre/archives/%3Fa%3D3713 urn:md5:a3c6ff22b2ede9d248f63e12f7289419 Mon, 13 Nov 2017 22:00:00 +0100 Etienne L'INRS <img src="http://kiosque.inrs.fr/lettre/archives/001/120/20171113025555_inrs120-publi3-ed6230.jpg" align="left" alt="photo" title="Consignes de sécurité incendie – Conception et plans associés (évacuation et intervention)" border="0" /><br/>Cette brochure regroupe les informations nécessaires à l&#39;employeur pour établir les consignes de sécurité incendie, les plans d&#39;évacuation et d&#39;intervention associés ainsi que des recommandations, qu&#39;il doit porter à la connaissance des travailleurs.<br /><ul><li><a href="http://kiosque.inrs.fr/lettre/go.php?l=8817&amp;p=4">La brochure</a></li></ul> Dispositifs d'assistance physique et robots collaboratifs http://www.anpbse.com/index.php?post/http%3A//kiosque.inrs.fr/lettre/archives/%3Fa%3D3695 urn:md5:ef67f160c1f4d6d75964d9820f9fae10 Mon, 13 Nov 2017 22:00:00 +0100 Etienne L'INRS <img src="http://kiosque.inrs.fr/lettre/archives/001/120/20171113015033_inrs120-zoom-mobile-nouvelles-techno.jpg" align="left" alt="photo" title="Nouvelles technologies : dispositifs d'assistance physique et robots collaboratifs" border="0" />Arrivés récemment sur le marché, les exosquelettes et les robots collaboratifs font partie des nouvelles technologies visant, pour les premiers, à apporter une assistance physique aux opérateurs et, pour les seconds, à coopérer avec les salariés pour certaines tâches, en permettant une interaction entre l&#39;homme et le robot. Ils peuvent contribuer à la prévention de troubles musculosquelettiques (TMS) mais également générer de nouveaux risques mécaniques. Leur mise en place doit être pensée et intégrée à une démarche de prévention globale des risques professionnels.<br/>Des exosquelettes et des dispositifs d&#39;assistance physique de différents types sont de plus en plus présents dans le monde du travail. Qu&#39;ils soient à contention ou sans, ils sont destinés à aider physiquement des opérateurs dans l&#39;accomplissement de tâches plus ou moins éprouvantes. L&#39;objectif est de prévenir l&#39;apparition des troubles musculosquelettiques (TMS) et la pénibilité en limitant la charge physique ou la répétitivité. Ils ont aussi l&#39;avantage de permettre de prendre en compte le vieillissement ou un handicap et favoriser le maintien dans l&#39;emploi.<br /> <br /> Les robots collaboratifs, pour leur part, sont conçus pour travailler en interaction ponctuelle ou permanente avec un opérateur dans une zone commune. Ils sont apparus il y a quelques années, principalement dans l&#39;industrie. Leur introduction suscite certaines craintes, notamment la suppression de la main-d&#39;oeuvre ou l&#39;augmentation de la productivité de l&#39;entreprise au détriment de la santé des salariés. Il faut rappeler qu&#39;un dispositif d&#39;assistance physique ou un robot collaboratif ne sont pas censés remplacer l&#39;opérateur. Ils permettent de le seconder, dans une ou plusieurs tâches. Loin d&#39;être une solution clé en main, le recours à ces aides doit s&#39;intégrer dans une véritable démarche de prévention.<br /> <br /> <strong>Exosquelettes - Bien analyser le besoin d&#39;assistance</strong><br /> <br /> Les exosquelettes, qui désignent des systèmes mécaniques ou textiles à contention, peuvent être une solution efficace pour limiter localement les contraintes musculaires. Toutefois, on connaît encore peu les effets de leur utilisation sur les autres parties du corps et les conséquences à long terme des modifications posturales ou gestuelles qu&#39;ils entraînent. Leur poids et les transformations qu&#39;ils engendrent au niveau des mouvements peuvent bouleverser l&#39;équilibre global des opérateurs qui les portent.<br /> <br /> Afin de s&#39;assurer qu&#39;ils sont bénéfiques, les effets de leur introduction à un poste doivent donc être évalués et suivis dans le temps. L&#39;analyse du besoin d&#39;assistance physique en fonction des postes de travail est fondamentale, tout comme l&#39;implication des salariés concernés par le projet et des acteurs de la santé au travail. Elle permet de se poser les bonnes questions et d&#39;envisager les impacts sur le travail et son organisation.<br /> <br /> <strong>Robots collaboratifs - Partager son espace de travail</strong><br /> <br /> Des petits robots aux fonctions collaboratives ont fait leur apparition sur le marché vers 2010. Ils ne sont pas tous d&#39;allure futuriste : ils peuvent simplement avoir l&#39;aspect d&#39;un bras articulé fixe ou monté sur une plateforme mobile... Leur coût (à partir de quelques milliers d&#39;euros) et leur technique de programmation les ont rendus accessibles à la fois aux grandes et aux petites entreprises. Ils permettent notamment d&#39;automatiser des tâches simples, à faible valeur ajoutée ou pénibles, aux côtés d&#39;un salarié qui exécute des opérations exigeant une expertise humaine. Comparés aux robots industriels conventionnels, les robots collaboratifs sont plus flexibles et plus adaptés aux petites séries et attirent des secteurs jusqu&#39;ici peu automatisés.<br /> <br /> Les robots industriels conventionnels sont généralement isolés grâce à des protections physiques, séparant les salariés du risque mécanique engendré par leur vitesse et leur force. Les robots collaboratifs, eux, sont conçus pour partager leur espace de travail avec des salariés, et de ce fait peuvent entrer en contact avec eux. Un principe qui apporte un véritable bouleversement en termes de sécurité. Le risque mécanique, lié notamment au risque de collision avec l&#39;opérateur, doit plus particulièrement être pris en considération.<br /> <br /> Lors du recours à des robots collaboratifs, deux cas de figure sont possibles : l&#39;opérateur et le robot travaillent dans le même espace et coopèrent à une même tâche ou bien ils coexistent, en partageant l&#39;espace mais travaillent sur des tâches indépendantes. Les risques et les exigences de sécurité sont différents, notamment parce que l&#39;attention portée par le salarié au robot n&#39;est pas la même. Aucun robot n&#39;est intrinsèquement sûr : une analyse de risques est nécessaire pour chaque poste et chaque situation de travail. Récemment, un guide de recommandations sur la manière d&#39;utiliser les référentiels existants lors de la mise en oeuvre de robots collaboratifs a été publié par le ministère du Travail. <p> </p> <table align="center" border="1" cellpadding="10" cellspacing="0""border:#c84e00 1px solid; font-family:Arial,Helvetica,sans-serif; font-size:12px; text-align:left; width:90%"> <tbody> <tr> <td> <p><strong>Des référentiels pour la robotique collaborative</strong></p> <p>En 2011, les normes ISO 10218-1 et ISO 10218-2 qui régissent respectivement les robots et les systèmes robotiques industriels ont été publiées. Elles spécifient les exigences, les recommandations, les mesures de protection et les informations pour la prévention des risques associés à l&#39;utilisation des robots en général. Elles définissent quatre fonctionnements collaboratifs et leur principe de mise en sécurité associés :</p> <ol> <li>L&#39;arrêt nominal de sécurité contrôlé : le robot s&#39;arrête à l&#39;approche d&#39;un opérateur ;</li> <li>Le guidage manuel : ce mode nécessite un contact continu entre le robot et l&#39;opérateur. Il permet à ce dernier de programmer facilement le robot ou au robot d&#39;apporter une assistance physique à l&#39;opérateur ;</li> <li>La vitesse et distance de séparation contrôlées : le robot se déplace pour éviter l&#39;opérateur ;</li> <li>La limitation de la puissance et de la force du robot afin que le contact soit sans danger.</li> </ol> Ces quatre principes de mise en sécurité peuvent être combinés entre eux, et leur choix se fera en fonction des résultats de l&#39;analyse de risques. L&#39;arrêt au contact ne couvre que le risque de collision par exemple, mais pas celui de coupures liées à un couteau ou de brûlures liées à une torche que le robot collaboratif manipulerait pour effectuer sa tâche.<br /> <br /> Depuis 2016, il existe également une spécification technique pour les robots collaboratifs (ISO/TS 15066), précisant certains points de cette norme. Elle établit notamment des limites de puissance et de vitesse du robot.</td> </tr> </tbody> </table> <p> </p> <table align="center" border="1" cellpadding="10" cellspacing="0""border:#c84e00 1px solid; font-family:Arial,Helvetica,sans-serif; font-size:12px; text-align:left; width:70%"> <tbody> <tr> <td> <p><strong>Prendre en compte le contenu et le contexte de travail</strong></p> <p>L&#39;arrivée d&#39;exosquelettes ou de robots collaboratifs modifie le contenu du travail de l&#39;opérateur. Ces dispositifs peuvent avoir une incidence sur l&#39;expertise, l&#39;autonomie, et le regard que le salarié porte sur son travail. Ils peuvent aussi entraîner une surcharge mentale en cas d&#39;augmentation des cadences ou de modifications gestuelles importantes. La survenue d&#39;un sentiment de déshumanisation est également possible. Enfin, l&#39;organisation du travail autour du poste est souvent modifiée. Une approche globale et pluridisciplinaire est nécessaire afin de ne pas créer de nouveaux risques, notamment psychosociaux.</p> </td> </tr> </tbody> </table> Découvrez le catalogue 2018 http://www.anpbse.com/index.php?post/http%3A//kiosque.inrs.fr/lettre/archives/%3Fa%3D3626 urn:md5:4d7b37054450ee7a8a5ebf01cf6d9e95 Wed, 13 Sep 2017 22:00:00 +0200 Etienne L'INRS <img src="http://kiosque.inrs.fr/lettre/archives/001/118/20170914021527_inrs118-publi3-catalogue2018.jpg" alt="photo" title="Découvrez le catalogue 2018" border="0" align="left" /><br />Le catalogue 2018 des formations INRS est en ligne. L'offre proposée s'étend des fondamentaux de la prévention jusqu'aux risques et secteurs spécifiques, en passant par les démarches, méthodes et outils structurant les bonnes pratiques des préventeurs. Du stage en présentiel à l'autoformation à distance, accessible à partir du portail internet de l'institut, différentes modalités pédagogiques permettent de répondre aux besoins de tous. Destinées à un large public, les autoformations sont en accès libre et donc gratuites.<br /><ul><li><a href="http://kiosque.inrs.fr/lettre/go.php?l=8680&amp;p=4">Le catalogue</a></li> <li><a href="http://kiosque.inrs.fr/lettre/go.php?l=8681&amp;p=4">L'espace e-Formation de l'INRS</a></li> </ul> La signalisation en santé et sécurité au travail http://www.anpbse.com/index.php?post/http%3A//kiosque.inrs.fr/lettre/archives/%3Fa%3D3613 urn:md5:eb12e0b13a2ff4ac721b2948fd3777be Wed, 13 Sep 2017 22:00:00 +0200 Etienne L'INRS <img src="http://kiosque.inrs.fr/lettre/archives/001/118/20170914005242_inrs118-zoom-mobile-signalisation-ss.jpg" alt="photo" title="La signalisation en santé et sécurité au travail" border="0" align="left" />Jaune, verte, rouge... dans des losanges, des triangles ou de formes rondes... La signalisation sur la santé et la sécurité au travail est omniprésente dans notre environnement professionnel. Elle doit cependant répondre à des obligations réglementaires et, parfois, être prévue dès la conception des lieux de travail. À l'occasion de la publication d'une brochure de l'INRS sur ce sujet, Thomas Nivelet, juriste à l'INRS, répond à nos questions.<br /><strong>L'INRS vient de publier une nouvelle brochure, intitulée «&nbsp;Signalisation de santé et sécurité au travail&nbsp;». À qui s'adresse-t-elle&nbsp;?</strong><br /> <br /> Elle est destinée aux maîtres d'ouvrages et aux employeurs. En effet, la signalisation (panneaux, couleurs de sécurité et signaux lumineux ou acoustiques) concerne d'abord les maîtres d'ouvrages car, dans de nombreux cas, elle doit être prévue dès la conception des lieux de travail.&nbsp; Elle concerne ensuite les employeurs qui sont, quant à eux, tenus de mettre en oeuvre les mesures de prévention adaptées, impliquant notamment d'informer les salariés sur les risques pour leur santé et leur sécurité, propres à certains objets, activités ou situations déterminés. La signalisation peut être un des moyens pour répondre à cette obligation.<br /> <br /> <strong>À quoi sert cette signalisation ?</strong><br /> <br /> La signalisation de santé et de sécurité au travail sert avant tout à donner aux travailleurs des instructions appropriées relatives aux risques auxquels ils peuvent être exposés sur le lieu de travail et aux consignes à respecter. Elle s'inscrit pleinement dans la démarche de prévention que l'employeur doit mettre en oeuvre&nbsp;: elle est donc rendue nécessaire à la suite de l'évaluation des risques professionnels. Par exemple, si un local contient une machine bruyante, l'employeur peut signaler le danger ou l'obligation de porter un casque de protection par l'apposition d'un panneau à l'entrée du local ou à proximité de la machine. La signalisation mise en oeuvre doit être appropriée et répondre aux exigences prévues notamment par l'arrêté du 4 novembre 1993 modifié relatif à la signalisation de sécurité et de santé au travail.<br /> <br /> <strong>Y a-t-il des «&nbsp;codes&nbsp;» de couleurs ?</strong><br /> <br /> Oui, tout-à-fait. Pour schématiser, il y a quatre couleurs de sécurité. Le rouge, le jaune (ou jaune-orangé), le bleu et le vert. Le rouge indique un danger, un arrêt, une attitude dangereuse ou permet d'identifier le matériel et l'équipement de lutte contre l'incendie.; le jaune une attention, une précaution, une vérification&nbsp;; le bleu un comportement ou une action spécifique, ou un EPI à porter. Enfin, le vert signifie le retour à la normale ou identifie les matériels et lieux de secours ou de sauvetage. Il y a ensuite tout un tas de déclinaisons de formes autour de ces couleurs, chaque forme là encore ayant une signification.<br /> <br /> <strong>Comment s'assurer de l'efficacité de sa signalisation&nbsp;?</strong><br /> <br /> Il y a quelques règles simples à respecter pour ne pas mettre en cause son efficacité&nbsp;: <ul> <li>éviter d'apposer un nombre excessif de panneaux à proximité immédiate les uns des autres&nbsp;;</li> <li>ne pas utiliser en même temps deux signaux lumineux qui peuvent être confondus&nbsp;;</li> <li>ne pas utiliser un signal lumineux à proximité d'une autre émission lumineuse peu distincte&nbsp;;</li> <li>ne pas utiliser en même temps deux signaux sonores&nbsp;;</li> <li>ne pas utiliser un signal sonore si le bruit environnant est trop fort.</li> </ul> Par ailleurs, une mauvaise conception, un nombre insuffisant, un mauvais emplacement, un mauvais état... sont autant de situations qui nuisent à l'efficacité de la signalisation de santé au travail. Nouveau catalogue d'affiches de l'INRS http://www.anpbse.com/index.php?post/http%3A//kiosque.inrs.fr/lettre/archives/%3Fa%3D2954 urn:md5:462e5eedce9e02c65b8ca3d0c71fc15a Wed, 19 Jul 2017 22:00:00 +0200 Etienne L'INRS <img src="http://kiosque.inrs.fr/lettre/archives/001/117/20170718230127_inrs117_publi1-aff-cat.png" align="left" alt="photo" title="Nouveau catalogue d'affiches de l'INRS" border="0" /><br/>L’image au service de la prévention : dans son nouveau catalogue, l’INRS réunit plus de 200 affiches et autocollants visant à informer et sensibiliser les salariés au sein de l’entreprise, voire directement à leurs postes de travail.<br /><ul><li><a href="http://kiosque.inrs.fr/lettre/go.php?l=8408&amp;p=4">Le catalogue</a></li></ul> Déchets d'équipements électriques et électroniques : la sécurité, du point de collecte ... http://www.anpbse.com/index.php?post/http%3A//kiosque.inrs.fr/lettre/archives/%3Fa%3D2943 urn:md5:9a0a5514e81c3f53551cd7d4a8aa7057 Wed, 19 Jul 2017 22:00:00 +0200 Etienne L'INRS <img src="http://kiosque.inrs.fr/lettre/archives/001/117/20170718224328_inrs117-zoom-mobile-dechets-elect.png" align="left" alt="photo" title="Déchets d'équipements électriques et électroniques : la sécurité, du point de collecte au traitement" border="0" />La filière est jeune. À peine dix ans. En revanche, en termes de risques professionnels, la maturité n’attend pas le nombre des années. La gestion des déchets d’équipements électriques et électroniques (DEEE), et plus particulièrement leur recyclage, est une activité qui progresse vite, tant en matière de volumes que de technologies. Si la protection des salariés semble déjà bien prise en compte dans les entreprises du secteur, les évolutions des matériels obligent à un renouvellement permanent des pratiques.<br/>Officiellement créée en novembre 2006, la filière DEEE (déchets d’équipements électriques et électroniques), qui organise la collecte, le transport, le recyclage et le démantèlement des DEEE, est partie de zéro. Une petite dizaine de milliers de tonnes de ces déchets ménagers étaient collectées en 2006. Ce chiffre a explosé pour atteindre 578 000 tonnes en 2015 en France. Même tendance, à une échelle moindre, pour les DEEE professionnels (médical, bâtiment, industrie, recherche...). Et la marge de progression est encore grande, puisque, à ce jour, le taux de collecte n’atteint que 45 % des appareils mis en service.<br /> <br /> La collecte des équipements ménagers s’organise suivant six flux : gros électroménager froid (GEM F), gros électroménager hors froid (GEM HF), écrans (cathodiques et plats), petits appareils en mélange (PAM), lampes et tubes fluorescents, panneaux photovoltaïques. Pour chacun de ces flux, l’itinéraire des DEEE peut se décomposer selon les étapes suivantes : dépose dans des points de collecte, acheminement dans des centres de regroupement, transport vers des centres de traitement, où ils sont soit recyclés, soit valorisés, soit détruits.<br /> <br /> À l’origine, la filière DEEE a vu le jour pour répondre à une problématique environnementale. En dix ans, elle s’est largement professionnalisée. Ce sont les éco-organismes qui l’ont structurée. Ces sociétés à but non lucratif, agréées par les pouvoirs publics pour six ans, jouent un rôle de conseil et de support auprès des entreprises de la filière. Elles ont organisé un réseau sur tout le territoire, avec aujourd’hui plus de 50 000 points de collecte.<br /> <br /> <strong>Des pratiques en progrès </strong><br /> <br /> Du point de collecte au centre de traitement, des risques professionnels sont présents à chaque étape, dans chacun des flux. Selon les équipements et les procédés, peuvent survenir des risques mécaniques liés aux manutentions, des risques électriques, chimiques, radiologiques ou encore biologiques. Les lampes présentent par exemple un risque toxicologique lié au mercure mais également des risques de coupure ou d’incendie et d’explosion-implosion pour certaines d’entre elles. Les DEEE professionnels, qui se distinguent par leur taille importante, nécessitent de nombreuses manipulations pour le démontage et le démantèlement.<br /> <br /> Il y avait donc tout à faire en matière de prévention. L’INRS est intervenu très tôt auprès des éco-organismes pour réaliser des campagnes de mesures, en particulier sur le risque chimique, et aider à définir des méthodes de repérage des risques. Les premiers sujets d’étude ont porté sur les écrans à tube cathodique, qui contiennent du verre plombé, et les lampes. Selon les acteurs du secteur, beaucoup de progrès ont été réalisés en dix ans sur les protections collectives et sur le respect du port des EPI. Des améliorations ergonomiques ont également vu le jour sur certaines lignes. Les usines qui sortent de terre sont conçues en tenant compte des futures conditions de travail. Des actions de formation sur les sujets liés à la prévention et la sécurité se multiplient également. Et de plus en plus d’entreprises recrutent une personne qualifiée en hygiène, sécurité, environnement, ce qui est l’occasion de mettre les pratiques à plat et d’impulser une phase de progrès.<br /> <br /> <strong>Méthodes d’aide au repérage des risques </strong><br /> <br /> De nouvelles technologies et procédés innovants apparaissent, créant de nouveaux métiers et générant de nouveaux risques. Et de nouvelles problématiques émergent, avec l’apparition de nouveaux matériels tels que les DEEE professionnels ou les piles au lithium, dont les tonnages collectés ne cessent d’augmenter. Parallèlement, des cartographies de risques associés aux nouveaux déchets entrant dans le périmètre de reprise des éco-organismes sont mises en place, avec le concours des fabricants. C’est par exemple le cas pour les lampes à très haute pression ou les dispositifs médicaux. Des recommandations de prévention à destination des opérateurs de collecte et de traitement sont également émises.<br /> <br /> À moyen terme, la tendance devrait s’orienter vers plus d’écoconception : les producteurs d’équipements électriques et électroniques sont encouragés à utiliser des matériaux plus recyclables et à mettre en oeuvre des assemblages plus simples à démonter ou à recycler en fin de vie du produit. Cela devrait faciliter l’identification et la récupération des substances dangereuses qu’ils contiennent. Cette filière en mouvement constant n’en a donc pas terminé avec l’évolution de ses pratiques. Méthode d'analyse de la charge physique de travail. Secteur sanitaire et social (ED 6291) http://www.anpbse.com/index.php?post/http%3A//kiosque.inrs.fr/lettre/archives/%3Fa%3D2955 urn:md5:f61d6ccb98c4f583895dfc8c171c3ee1 Wed, 19 Jul 2017 22:00:00 +0200 Etienne L'INRS <img src="http://kiosque.inrs.fr/lettre/archives/001/117/20170718230258_inrs117_publi2-ed6291.png" align="left" alt="photo" title="Méthode d'analyse de la charge physique de travail. Secteur sanitaire et social (ED 6291)" border="0" /><br/>Cette brochure présente la méthode d&#39;analyse de la charge physique de travail dans le secteur sanitaire et social. Elle permet de repérer et d&#39;analyser les facteurs de risques pour l&#39;appareil locomoteur en tenant compte de la globalité des composantes de l&#39;activité dans les établissements spécialisés (hôpitaux, cliniques, hébergements pour personnes âgées, handicapés, enfants) et dans les services d&#39;aide et de soins à domicile.<br /><ul><li><a href="http://kiosque.inrs.fr/lettre/go.php?l=8409&amp;p=4">La brochure</a></li></ul> Journée pour les services de santé au travail http://www.anpbse.com/index.php?post/http%3A//kiosque.inrs.fr/lettre/archives/%3Fa%3D2958 urn:md5:c119484892589e2567be6491e8f01e6d Wed, 19 Jul 2017 22:00:00 +0200 Etienne L'INRS <img src="http://kiosque.inrs.fr/lettre/archives/001/117/20170719011150_inrs117_actu1-sst.png" align="left" alt="photo" title="Journée pour les services de santé au travail" border="0" /><br/>À l’occasion de ses 70 ans, l’INRS organise le mardi 26 septembre 2017, dans ses locaux parisiens, une journée destinée aux services de santé au travail. Elle sera l’occasion d’échanges avec les experts, les formateurs et les chercheurs de l’institut sur des sujets d’intérêt en termes de prévention des risques professionnels : risques psychosociaux, activités physiques, risques chimiques, nuisances physiques, risques biologiques. L’offre de prévention dédiée aux TPE-PME sera par ailleurs présentée. La participation est gratuite, mais l’inscription est obligatoire.<br /><ul><li><a href="http://kiosque.inrs.fr/lettre/go.php?l=8391&amp;p=4">En savoir plus et s'inscrire</a></li></ul> « De l'école au travail : A vous de filmer ! » http://www.anpbse.com/index.php?post/http%3A//www.sbssa.ac-versailles.fr/spip.php%3Farticle1035 urn:md5:cc9361ca64629ccfe43b22da3cde9424 Wed, 04 Jan 2017 07:34:00 +0100 Etienne L'INRS <div><p><span> <img src="http://www.sbssa.ac-versailles.fr/local/cache-vignettes/L418xH590/25c950dd-e12b-44fc-8562-787384df4af1-c2e73.png?1483515343" alt="" height="590" width="418" /></span><br /> Les moins de 30 ans sont en France, deux fois plus accidentés au travail que les autres classes d'âges. Face à ce constat, l'INRS a fait des jeunes l'une de ses cibles prioritaires et multiplie les actions pour les sensibiliser à la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles. Depuis la création du concours en 2012, près de 350 vidéos ont été mises en ligne sur Dailymotion. Les vidéos, d'une durée de 30'' à 2'15 maximum, en couleur ou en noir et blanc, devront porter sur les démarches et solutions de prévention, au-delà du simple usage des équipements de protection individuelle. <br /> Les quatre premières éditions de <a href="http://www.inrs.fr/header/presse/cp-concours-video-2017.html" rel="external">« De l'école au travail, à vos vidéos »</a> ont montré que la participation à ce concours constitue un projet pédagogique très mobilisateur sur la santé et la sécurité au travail. « Le chef des travaux de l'établissement nous a suggéré de participer au concours… il a fallu tout boucler en deux semaines. Je suis sûre qu'il en restera quelque chose », signale la responsable pédagogique du lycée professionnel de Rostrenen, lauréat du premier prix de l'édition 2016. Pour les élèves, c'est une approche différente et pédagogique du sujet. « J'en sais plus sur la santé au travail et l'INRS », affirme l'un d'eux. <br /> Placée sous la responsabilité d'un responsable pédagogique, la participation à ce concours est gratuite, et ouverte à tout groupe d'élèves et d'apprentis qui préparent un diplôme professionnel dans un établissement de l'enseignement secondaire (CFA, lycée professionnel, technologique, polyvalent, public ou privé, ainsi que les SEGPA et EREA), en France (hors DOM-TOM). <br /> Les vidéos seront jugées par un jury composé de représentants de l'Education nationale, de Caisses d'assurance retraite et de la santé au travail (Carsat/Cramif), de l'INRS et d'experts. <br /> Les trois équipes gagnantes seront récompensées et invitées à la cérémonie de remise des prix, qui se déroulera à l'INRS le vendredi 2 juin 2017.</p> </div> Quelles mises en oeuvre pour l'Obligation d'emploi des travailleurs handicapés http://www.anpbse.com/index.php?post/http%3A//kiosque.inrs.fr/lettre/archives/%3Fa%3D2709 urn:md5:f03070a6b1c01524b4168f529cdcaab0 Wed, 09 Nov 2016 22:00:00 +0100 Etienne L'INRS <p><img title="Quelles mises en oeuvre pour l'Obligation d'emploi des travailleurs handicapés&nbsp;(OETH) ?" align="left" alt="photo" src="http://kiosque.inrs.fr/lettre/archives/001/109/20161110084147_inrs109-actu-handicap.png" border="0" /><br /><span style='text-align: justify; color: rgb(51, 51, 51); text-transform: none; text-indent: 0; letter-spacing: normal; font-family: opensans-regular, "Lucida Grande", "Lucida Sans Unicode", "Lucida Sans", Geneva, Verdana, sans-serif; font-size: 16px; font-style: normal; font-weight: normal; word-spacing: 0; float: none; display: inline !important; white-space: normal; orphans: 2; widows: 2; background-color: rgb(255, 255, 255); font-variant-ligatures: normal; font-variant-caps: normal; -webkit-text-stroke-width: 0;'>Cette étude, fondée sur 18 monographies d’établissements, permet d’éclairer les logiques d’action des entreprises par rapport à l’obligation d’emploi des travailleurs handicapés<span class="Apple-converted-space">&nbsp;</span></span><a class="spip_in" style='text-align: justify; color: rgb(234, 20, 140); text-transform: none; text-indent: 0; letter-spacing: normal; font-family: opensans-regular, "Lucida Grande", "Lucida Sans Unicode", "Lucida Sans", Geneva, Verdana, sans-serif; font-size: 16px; font-style: normal; font-weight: normal; text-decoration: none; word-spacing: 0; white-space: normal; box-sizing: inherit; orphans: 2; widows: 2; background-color: rgb(255, 255, 255); font-variant-ligatures: normal; font-variant-caps: normal; -webkit-text-stroke-width: 0;' href="http://dares.travail-emploi.gouv.fr/dares-etudes-et-statistiques/statistiques-de-a-a-z/article/l-obligation-d-emploi-des-travailleurs-handicapes-oeth">(OETH)</a><span style='text-align: justify; color: rgb(51, 51, 51); text-transform: none; text-indent: 0; letter-spacing: normal; font-family: opensans-regular, "Lucida Grande", "Lucida Sans Unicode", "Lucida Sans", Geneva, Verdana, sans-serif; font-size: 16px; font-style: normal; font-weight: normal; word-spacing: 0; float: none; display: inline !important; white-space: normal; orphans: 2; widows: 2; background-color: rgb(255, 255, 255); font-variant-ligatures: normal; font-variant-caps: normal; -webkit-text-stroke-width: 0;'>.</span></p> <ul><li><a href="http://kiosque.inrs.fr/lettre/go.php?l=7591&amp;p=4">En savoir plus</a></li> </ul> 26 janvier 2017 : Journée Technique D.E.E.E http://www.anpbse.com/index.php?post/http%3A//kiosque.inrs.fr/lettre/archives/%3Fa%3D2724 urn:md5:bfe2208d58db1704fdfd15ebf607a741 Wed, 09 Nov 2016 22:00:00 +0100 Etienne L'INRS <br /><p><strong><span style="font-size: 14pt;">Organisée par l’INRS en partenariat avec Eco-système et Récylum</span><br style='text-align: left; color: rgb(64, 64, 64); text-transform: none; text-indent: 0; letter-spacing: normal; font-family: Arial, "Arial Unicode MS", Helvetica, sans-serif; font-size: 14px; font-style: normal; font-weight: normal; word-spacing: 0; white-space: normal; orphans: 2; widows: 2; background-color: rgb(255, 255, 255); font-variant-ligatures: normal; font-variant-caps: normal; -webkit-text-stroke-width: 0;' /><br style='text-align: left; color: rgb(64, 64, 64); text-transform: none; text-indent: 0; letter-spacing: normal; font-family: Arial, "Arial Unicode MS", Helvetica, sans-serif; font-size: 14px; font-style: normal; font-weight: normal; word-spacing: 0; white-space: normal; orphans: 2; widows: 2; background-color: rgb(255, 255, 255); font-variant-ligatures: normal; font-variant-caps: normal; -webkit-text-stroke-width: 0;' /></strong><span style='text-align: left; color: rgb(64, 64, 64); text-transform: none; text-indent: 0; letter-spacing: normal; font-family: Arial, "Arial Unicode MS", Helvetica, sans-serif; font-size: 10pt; font-style: normal; font-weight: normal; word-spacing: 0; white-space: normal; orphans: 2; widows: 2; background-color: rgb(255, 255, 255); font-variant-ligatures: normal; font-variant-caps: normal; -webkit-text-stroke-width: 0;'>Lieu :<span class="Apple-converted-space">&nbsp;</span></span><strong style='text-align: left; color: rgb(64, 64, 64); text-transform: none; text-indent: 0; letter-spacing: normal; font-family: Arial, "Arial Unicode MS", Helvetica, sans-serif; font-size: 14px; font-style: normal; word-spacing: 0; white-space: normal; orphans: 2; widows: 2; background-color: rgb(255, 255, 255); font-variant-ligatures: normal; font-variant-caps: normal; -webkit-text-stroke-width: 0;'><span style="font-size: 10pt;">Maison de la RATP – Espace du Centenaire</span></strong><br style='text-align: left; color: rgb(64, 64, 64); text-transform: none; text-indent: 0; letter-spacing: normal; font-family: Arial, "Arial Unicode MS", Helvetica, sans-serif; font-size: 14px; font-style: normal; font-weight: normal; word-spacing: 0; white-space: normal; orphans: 2; widows: 2; background-color: rgb(255, 255, 255); font-variant-ligatures: normal; font-variant-caps: normal; -webkit-text-stroke-width: 0;' /><span style='text-align: left; color: rgb(64, 64, 64); text-transform: none; text-indent: 0; letter-spacing: normal; font-family: Arial, "Arial Unicode MS", Helvetica, sans-serif; font-size: 10pt; font-style: normal; font-weight: normal; word-spacing: 0; white-space: normal; orphans: 2; widows: 2; background-color: rgb(255, 255, 255); font-variant-ligatures: normal; font-variant-caps: normal; -webkit-text-stroke-width: 0;'>189 rue de Bercy</span><br style='text-align: left; color: rgb(64, 64, 64); text-transform: none; text-indent: 0; letter-spacing: normal; font-family: Arial, "Arial Unicode MS", Helvetica, sans-serif; font-size: 14px; font-style: normal; font-weight: normal; word-spacing: 0; white-space: normal; orphans: 2; widows: 2; background-color: rgb(255, 255, 255); font-variant-ligatures: normal; font-variant-caps: normal; -webkit-text-stroke-width: 0;' /><span style='text-align: left; color: rgb(64, 64, 64); text-transform: none; text-indent: 0; letter-spacing: normal; font-family: Arial, "Arial Unicode MS", Helvetica, sans-serif; font-size: 10pt; font-style: normal; font-weight: normal; word-spacing: 0; white-space: normal; orphans: 2; widows: 2; background-color: rgb(255, 255, 255); font-variant-ligatures: normal; font-variant-caps: normal; -webkit-text-stroke-width: 0;'>75012 PARIS</span></p> <p><span style='text-align: left; color: rgb(64, 64, 64); text-transform: none; text-indent: 0; letter-spacing: normal; font-family: Arial, "Arial Unicode MS", Helvetica, sans-serif; font-size: 10pt; font-style: normal; font-weight: normal; word-spacing: 0; white-space: normal; orphans: 2; widows: 2; background-color: rgb(255, 255, 255); font-variant-ligatures: normal; font-variant-caps: normal; -webkit-text-stroke-width: 0;'>En savoir plus : <a href="http://www.inrs-d3e2017.fr/">LIEN</a></span></p> Découvrez le catalogue des stages INRS pour 2017 (ED 1472) http://www.anpbse.com/index.php?post/http%3A//kiosque.inrs.fr/lettre/archives/%3Fa%3D2691 urn:md5:5f099814e649f33a924cd3529877b832 Wed, 12 Oct 2016 22:00:00 +0200 Etienne L'INRS <img src="http://kiosque.inrs.fr/lettre/archives/001/108/20161012001905_inrs108-parutions-ed1472.png" alt="photo" title="Le catalogue ED&nbsp;1472" border="0" align="left" /><br />Toutes les formations INRS pour 2017 sont désormais en ligne. Les risques prioritaires ou émergents restent au coeur des programmes (risques chimiques, aux nanomatériaux, risques psychosociaux, pratiques addictives en milieu professionnel...). La formation de formateurs relais, formateurs d'organismes de formation et d'entreprises, constitue également un axe fort de l'offre. Pour les médecins et infirmiers du travail, des formations dédiées habilitées par la Haute Autorité de santé sont proposées dans le cadre du développement professionnel continu. Chaque année, l'INRS s'efforce d'adapter son offre aux évolutions des besoins de ses publics avec pour objectif de favoriser et développer la culture de prévention en entreprise. <br /><ul><li><a href="http://kiosque.inrs.fr/lettre/go.php?l=7555&amp;p=4">Le catalogue EDÂ&nbsp;1472</a></li> </ul> Risques psychosociaux, en parler pour en sortir http://www.anpbse.com/index.php?post/http%3A//kiosque.inrs.fr/lettre/archives/%3Fa%3D2649 urn:md5:fe87d3e7ca74dcfb37eecc2d6a8f4e14 Wed, 07 Sep 2016 22:00:00 +0200 Etienne L'INRS <img src="http://kiosque.inrs.fr/lettre/archives/001/107/20160907211409_inrs107-zoom-mobile-risques-psy_v2.png" alt="photo" title="Risques psychosociaux, en parler pour en sortir" align="left" border="0" />L'INRS vient de lancer une nouvelle campagne de sensibilisation et d'information sur les risques psychosociaux (RPS) Ã&nbsp; destination des salariés et de leurs managers. La campagne vise trois objectifsÂ&nbsp;: interpeller sur la problématique, inciter le personnel Ã&nbsp; en parler aux acteurs de prévention de terrain et donner aux managers des clés de compréhension pour agir en prévention. Elle s'appuie sur un dépliant, une brochure et des affiches qui tordent le cou aux idées reçues.<br />58Â&nbsp;% des salariés français déclarent avoir un rythme de travail imposé par une demande extérieure nécessitant une réponse immédiate. 35Â&nbsp;% subissent au moins trois contraintes de rythme de travail. 64Â&nbsp;% disent devoir interrompre une tâche pour en faire une autre plus urgente… Derrière ces statistiques tirées de l'enquête Conditions de Travail 2013, se dessinent les contours des facteurs générateurs de risques psychosociaux (RPS). Intensité, horaires et temps de travail, manque d'autonomie, exigences émotionnelles, rapports sociaux dégradés, conflits de valeurs et insécurité de la situation de travail sont autant de sources de stress et de violences internes (entre salariés) ou externes (avec des personnes extérieures Ã&nbsp; l'entreprise) qui peuvent avoir de lourdes conséquences sur la santé des travailleursÂ&nbsp;: maladies cardiovasculaires, troubles musculosquelettiques, dépressions, burnout ou suicides.<br /> <br /> Aucun secteur d'activité n'est épargné. L'INRS, qui travaille sur le sujet depuis le début des années 2000, vient de lancer une campagne de sensibilisation et d'information destinée aux salariés et aux managers (chefs d'entreprise, encadrements, ressources humaines...). Elle vise trois objectifsÂ&nbsp;: inciter les salariés Ã&nbsp; parler des RPS, interpeller les salariés et les managers sur les RPS Ã&nbsp; travers sept idées reçues Ã&nbsp; leur sujet, donner aux managers des clés de compréhension pour agir en prévention des RPS.<br /> <br /> <br /> <strong>Lever le tabou</strong><br /> <br /> Dans le cadre de cette campagne, l'INRS a réalisé neuf affiches, un dépliant et une brochure qui emploient un ton délibérément décalé et humoristique afin de dédramatiser la situation et lever le tabou dans les entreprises. Des représentations caricaturales et des situations improbables mettent en scène salariés et managers afin de souligner que les RPS sont l'affaire de tous. Chacun peut être exposé un jour ou l'autre et en souffrir.<br /> <br /> Pour atteindre le premier objectif de la campagne, Ã&nbsp; savoir inciter les salariés Ã&nbsp; parler des RPS et les orienter vers les acteurs de prévention de terrain, deux affiches génériques arborent le slogan «Â&nbsp;Stress, harcèlement, agression, burnout... En parler pour en sortirÂ&nbsp;». Elles rappellent que les salariés peuvent se tourner vers de nombreux interlocuteurs pour se faire aiderÂ&nbsp;: collègues, managers, représentants du personnel, services de santé au travail… Car en parler, c'est déjÃ&nbsp; agir. En plus de faire remonter les difficultés rencontrées, libérer la parole aide Ã&nbsp; relativiser, permet de mieux comprendre la situation et de bénéficier du regard d'une tierce personne. En complément, un dépliant destiné aux salariés propose des informations pratiques relatives aux questions suivantesÂ&nbsp;: «Â&nbsp;Les RPS, c'est quoiÂ&nbsp;?Â&nbsp;», « Quelles peuvent en être les causesÂ&nbsp;?Â&nbsp;», « Quels signaux peuvent vous alerterÂ&nbsp;?Â&nbsp;», « Qui solliciter si j'estime être exposéÂ&nbsp;?Â&nbsp;».<br /> <br /> <br /> <strong>Salariés et managersÂ&nbsp;: tous concernés</strong><br /> <br /> Le second objectif de cette campagne est d'interpeller salariés et managers : « Risques psychosociaux. Dépassons les idées reçues » est le slogan des sept affiches qui établissent la vérité Ã&nbsp; leur sujet. Par exemple, Ã&nbsp; l'affirmation « Un peu de stress, c'est motivant » est apposée l'objection «Â&nbsp;AttentionÂ&nbsp;! Il ne faut pas confondre stress et motivation. Un stress ponctuel, ce n'est pas grave. Mais quand il devient permanent, il peut engendrer des problèmes de santéÂ&nbsp;». Pour répondre Ã&nbsp; ceux qui pensent que «Â&nbsp;les risques psychosociaux, ça ne concerne pas l'entrepriseÂ&nbsp;», une affiche affirmeÂ&nbsp;: «Â&nbsp;Mais siÂ&nbsp;! La solution est souvent Ã&nbsp; chercher au sein de l'entreprise, en réfléchissant notamment Ã&nbsp; une meilleure organisation du travailÂ&nbsp;». Ou encore, Ã&nbsp; l'allégation «Â&nbsp;Le stress au travail, c'est toujours la faute du chefÂ&nbsp;», une autre réplique «Â&nbsp;FauxÂ&nbsp;! Pour lutter efficacement contre le stress, il faut éviter de chercher un bouc émissaire. De multiples causes sont Ã&nbsp; rechercher dans l'organisation et le fonctionnement de l'entrepriseÂ&nbsp;».<br /> <br /> Enfin, la brochure «Â&nbsp;Risques psychosociaux – 9 solutions pour agir au quotidienÂ&nbsp;» donne aux managers les clés pour aller plus loin. Évaluez la charge de travail, donnez de l'autonomie Ã&nbsp; vos salariés, soutenez vos collaborateurs, témoignez de la reconnaissance, donnez du sens au travail sont quelques-uns des conseils que renferme ce document et qui représentent les bases sur lesquelles construire une prévention efficace des RPS. Loi travail http://www.anpbse.com/index.php?post/http%3A//kiosque.inrs.fr/lettre/archives/%3Fa%3D2660 urn:md5:79f2d179a1393df9a8b7235d13f3aed2 Wed, 07 Sep 2016 22:00:00 +0200 Etienne L'INRS <br/>La loi du 8 août 2016 contient une série de dispositions relatives notamment à la négociation collective, aux institutions représentatives du personnel, au travail de nuit, au compte personnel d&#39;activité (qui inclut désormais le compte personnel de prévention de la pénibilité), au détachement de travailleurs et à la surveillance médicale des salariés (suppression de la visite médicale d&#39;embauche, périodicité et modalités des visites médicales dépendant des conditions de travail, de l&#39;âge, de l&#39;état de santé et des risques professionnels auxquels le salarié est exposé, examen médical d&#39;aptitude et suivi individuel renforcé des travailleurs affectés à des risques particuliers...).<br /><ul><li><a href="http://kiosque.inrs.fr/lettre/go.php?l=7484&amp;p=4">La loi [PDF]</a></li></ul> 21 au 23 septembre &#150; Marseille http://www.anpbse.com/index.php?post/http%3A//kiosque.inrs.fr/lettre/archives/%3Fa%3D2616 urn:md5:6f848a76f90f85611bcd95933fd6d5a0 Sun, 12 Jun 2016 22:00:00 +0200 Etienne L'INRS <br/>Ergonomie(s), ergonome(s)<br> Organisateur : Self<br /><ul><li><a href="http://kiosque.inrs.fr/lettre/go.php?l=7377&amp;p=4">Ergonomie(s), ergonome(s)<br> Organisateur : Self</a></li></ul> Les perturbateurs endocriniens http://www.anpbse.com/index.php?post/http%3A//kiosque.inrs.fr/lettre/archives/%3Fa%3D2599 urn:md5:ff3f6c881db372de77eb4d5b4fa740b4 Sun, 12 Jun 2016 22:00:00 +0200 Etienne L'INRS <img src="http://kiosque.inrs.fr/lettre/archives/001/105/20160611023135_inrs105-zoom-mobile-pertubateurs-endocriniens.png" align="left" alt="photo" title="Les perturbateurs endocriniens" border="0" />Le colloque INRS/AISS 2016 <em>« Perturbateurs endocriniens et agents sensibilisants : quels risques au travail ? quelle prévention ? »</em> s&#39;est tenu début juin à Paris. Les perturbateurs endocriniens, qui ont la capacité d&#39;interférer avec le système hormonal, sont susceptibles de provoquer des effets nocifs tant chez les individus exposés que sur leur descendance. Ils constituent à la fois un sujet de santé publique et une problématique de santé au travail. En milieu professionnel, les salariés peuvent être exposés à divers perturbateurs endocriniens dans des secteurs d&#39;activité variés. La démarche recommandée pour la prévention des risques liés à ces substances chimiques est similaire à celle qui doit être mise en oeuvre vis-à-vis des produits chimiques CMR (cancérogènes, mutagènes, reprotoxiques).<br/>Les perturbateurs endocriniens (PE) appartiennent à diverses « familles chimiques » comme les phtalates, bisphénols, pesticides, paraboles... Ceux-ci font l&#39;objet de multiples débats, scientifiques et sociétaux, et de nombreuses recherches. Les PE sont difficiles à identifier et à repérer du fait de l&#39;absence de définition réglementaire commune et officielle. Une définition proposée par l&#39;OMS en 2002 est néanmoins à ce jour la plus communément admise : <em>« un perturbateur endocrinien désigne une substance ou un mélange exogène qui altère les fonctions du système endocrinien et induit en conséquence des effets nocifs sur la santé d&#39;un organisme intact ou de sa descendance »</em>.<br /> <br /> Les PE sont donc des substances chimiques ou des mélanges susceptibles de modifier le fonctionnement du système hormonal. Ils peuvent concerner les individus directement exposés mais aussi leurs descendants. Les expositions peuvent se faire par inhalation, ingestion ou passage percutané. S&#39;ils sont soupçonnés d&#39;être impliqués dans la survenue d&#39;une multitude d&#39;affections, portant aussi bien sur les systèmes reproducteurs mâle et femelle que sur la croissance, le développement de certains cancers hormonaux-dépendants ou de troubles du métabolisme, très peu d&#39;études permettent encore aujourd&#39;hui d&#39;établir un lien clair entre exposition à un PE et apparition de pathologies chez l&#39;homme. Ces effets ont pour l&#39;heure majoritairement été observés chez l&#39;animal.<br /> <br /> <br /> <strong>Un savoir à consolider</strong><br /> <br /> À ce jour, il n&#39;existe pas de liste de substances perturbatrices endocriniennes faisant consensus, qu&#39;elles soient avérées ou suspectées. Si certaines de ces substances sont déjà connues pour d&#39;autres effets nocifs (neurotoxiques, sensibilisants...), la compréhension de leurs modes d&#39;action sur le système endocrinien demande encore à être approfondie. Par exemple, les effets de mélanges de PE apparaissent particulièrement complexes car ils pourraient avoir des effets très différents de l&#39;exposition aux substances seules (effet cocktail). Autre exemple : les effets engendrés par les PE ne semblent pas nécessairement liés à la dose reçue par un individu. Certains effets apparaîtraient à faibles doses (parfois plus faibles que celles repérées en toxicologie classique), diminueraient lorsque l&#39;on accroît les doses et augmenteraient à nouveau pour des doses élevées (relation dose-réponse non monotone).<br /> <br /> Les préoccupations en santé au travail et santé environnementale liées aux perturbateurs endocriniens ont donné lieu à la mise en place d&#39;actions nationales visant à mieux comprendre et mieux prévenir les risques. Le troisième plan Santé Travail prévoit ainsi pour la période 2016-2020 de renforcer la connaissance des expositions professionnelles aux PE, de mettre en place une action d&#39;information concernant les principaux PE identifiés sur les lieux de travail comme le bisphénol A et, enfin, de soutenir, au niveau européen, la stabilisation d&#39;une définition commune.<br /> <br /> <br /> <strong>Une présence des PE dans de nombreux secteurs professionnels</strong><br /> <br /> En milieu professionnel, on trouve notamment les PE dans : <ul> <li> les matières premières utilisées en entreprise (plastifiants et/ou monomères en plasturgie, solvants dans l&#39;industrie chimique…)</li> <li> les substances rentrant dans la composition de produits utilisés aux postes de travail (peintures, colles, vernis, essences, produits d&#39;entretien…)</li> <li> les déchets ou sous-produits émis par des procédés mis en oeuvre dans l&#39;entreprise (polychlorobiphényles (PCB) libérés lors du démantèlement des anciens transformateurs électriques, dioxines ou benzo[a]pyrène émis par les cokeries ou lors des combustions…)</li> </ul> Ils sont présents dans de multiples secteurs d&#39;activités : agriculture, agroalimentaire, cosmétiques (fabrication et utilisation), plasturgie, traitement et recyclage des déchets... Au final, il est très difficile d&#39;évaluer le nombre de salariés potentiellement exposés.<br /> <br /> Face aux incertitudes encore nombreuses concernant les perturbateurs endocriniens, la démarche de prévention des risques recommandée est similaire à celle à mettre en œuvre vis-à-vis des produits chimiques cancérogènes, mutagènes, reprotoxiques (CMR). À commencer par la substitution des PE identifiés par d&#39;autres produits, moins nocifs, en restant très vigilant sur la nature des produits de substitution afin de ne pas déplacer le risque. À défaut, il convient de limiter les expositions au niveau le plus bas techniquement possible avec la mise en œuvre des moyens de protection collective en priorité mais aussi individuelle le cas échéant.<br /> <br /> Un attention particulière doit par ailleurs être portée à la surveillance médicale des travailleurs potentiellement exposés aux PE.<br /> <br /> <br /> <strong>L&#39;INRS mobilisé</strong><br /> <br /> L&#39;INRS mène des travaux à différents niveaux pour étoffer les connaissances sur ce sujet : études toxicologiques expérimentales, études épidémiologiques, études sur les voies de pénétration, études de biométrologie, développement de techniques de mesurages dans l&#39;atmosphère... <a href="http://kiosque.inrs.fr/lettre/go.php?l=7367&amp;p=4" target="_blank">Les fiches toxicologiques</a> et <a href="http://kiosque.inrs.fr/lettre/go.php?l=7368&amp;p=4" target="_blank">les fiches Demeter (Documents pour l&#39;évaluation médicale des produits toxiques vis-à-vis de la reproduction)</a> de l&#39;INRS contiennent par ailleurs des informations sur les effets de type PE. Les bases de données <a href="http://kiosque.inrs.fr/lettre/go.php?l=7369&amp;p=4" target="_blank">Biotox</a> et <a href="http://kiosque.inrs.fr/lettre/go.php?l=7370&amp;p=4" target="_blank">Métropol (Métrologie des polluants)</a> mettent également à disposition des informations sur le mesurage sur les PE dans les liquides biologiques (chez l&#39;homme) et dans l&#39;air (métrologie d&#39;ambiance).<br /> <div> <div align="center"> <br /> <table align="center" cellpadding="10" cellspacing="0" width="90%"> <tbody> <tr> <td> <div> <div> <strong>Formation</strong></div> <div> <br /> Les perturbateurs endocriniens ne sont pas un sujet à part entière dans l’offre de formation INRS. Cette problématique est cependant abordée dans deux stages concernant la prévention des risques chimiques :</div> <ul> <li> <a href="http://kiosque.inrs.fr/lettre/go.php?l=7371&amp;p=4" target="_blank">Acquérir les notions de base sur les produits chimiques. Autoformation en ligne.</a></li> <li> <a href="http://kiosque.inrs.fr/lettre/go.php?l=7372&amp;p=4" target="_blank">Évaluer et prévenir les risques liés aux agents chimiques.</a></li> </ul> <div> Une formation méthodologique concernant la surveillance biologique de l&#39;exposition aux agents chimiques est également délivrée à l&#39;INRS. <a href="http://kiosque.inrs.fr/lettre/go.php?l=7373&amp;p=4" target="_blank">Le stage</a> fournit un cadre général aux médecins du travail afin de mettre en place cette biométrologie et leur donne des bases pour interpréter les résultats de ces analyses. Au cours de ce stage, certains exemples utilisés, comme les phtalates et le bisphénol A, montrent que la surveillance biologique est utile pour mieux évaluer l&#39;exposition à certains perturbateurs endocriniens.</div> </div> </td> </tr> </tbody> </table> </div> </div> <br /> Sécurisation des scies à ruban dans l'agroalimentaire (ED 6227) http://www.anpbse.com/index.php?post/http%3A//kiosque.inrs.fr/lettre/archives/%3Fa%3D2611 urn:md5:a75ef4165569b4b3e666cad3ab100328 Sun, 12 Jun 2016 22:00:00 +0200 Etienne L'INRS <img src="http://kiosque.inrs.fr/lettre/archives/001/105/20160611031425_inrs105-publi1-ed6227.png" align="left" alt="photo" title="Sécurisation des scies à ruban dans l'agroalimentaire (ED 6227)" border="0" /><br/>Cette publication s&#39;adresse aux entreprises du secteur agroalimentaire qui souhaitent sécuriser leurs scies à ruban, ainsi qu&#39;aux préventeurs les accompagnant dans cette démarche. Les scies à ruban sont des machines dangereuses entraînant chaque année des accidents parfois très graves, que ce soit en cours de production ou lors d&#39;opérations de nettoyage ou de maintenance.<br /><ul><li><a href="http://kiosque.inrs.fr/lettre/go.php?l=7366&amp;p=4">La brochure ED 6227</a></li></ul>