Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche





Accueil > Les enseignements > PSE > PSE : Prévention - Risques > Risques professionnels > Le risque chimique > Risque chimique : un risque omniprésent

Risque chimique : un risque omniprésent

photoTous les secteurs d'activité sont concernés par le risque chimique, aussi bien du fait des produits employés que des substances émises par certains procédés. Le repérage est le préalable à toute démarche de prévention du risque, qui vise en priorité la suppression ou la substitution de l'agent chimique dangereux.
Colles, produits d'entretien, poussières de bois, gaz d'échappements ou produits de dégraissage... le risque chimique est présent dans tous les secteurs. Les agents chimiques peuvent être utilisés pour leurs propriétés directes (produits dégraissants, vernis…). Ils peuvent aussi être émis par certains procédés (fumées dégagées lors de la combustion, poussières émises lors de l'extraction de roches ou du travail du bois...). D'après l'enquête Sumer 2010, un salarié sur trois est exposé à au moins un produit chimique dans l'exercice de son activité. Les secteurs les plus concernés sont ceux de la construction (61 % de salariés exposés), de la fonction publique hospitalière (55 %), de l'industrie (45 %) et de l'agriculture (43 %). Par ailleurs, 14 % des salariés sont exposés au moins à trois agents chimiques et 10 % au moins à un cancérogène, mutagène ou toxique pour la reproduction (CMR). La proportion des salariés exposés aux CMR s'élève en revanche à 32 % chez les salariés de la construction et 17 % chez ceux de l'industrie.


Effets sur la santé

La voie de contamination la plus fréquente est l'inhalation. Mais les substances chimiques peuvent également pénétrer dans l'organisme par voie cutanée ou être ingérées. En cas d'exposition importante sur une courte durée, les effets peuvent être immédiats : brûlure, eczéma, convulsions, réactions allergiques... Les intoxications chroniques liées à des expositions répétées à de faibles doses peuvent aussi avoir des impacts sur la santé : cancer, asthme, troubles de la fertilité... Certains de ces effets peuvent apparaître plusieurs années voire des dizaines d'années après l'exposition. Enfin, dans les espaces confinés, les substances chimiques peuvent faire baisser la teneur en oxygène et provoquer une asphyxie. Les produits chimiques peuvent causer ou aggraver des incendies ou être à l'origine d'explosions. Les effets des produits chimiques varient en fonction du produit et de sa concentration, de la voie d'exposition et de sa durée, et de l'état de santé du salarié. Par ailleurs, l'exposition à plusieurs produits chimiques – ou multiexposition – est la situation la plus fréquente. Elle peut amplifier certains effets, voire en induire de nouveaux. Les effets de ces substances sont reconnus dans 82 tableaux de maladies professionnelles.


Évaluation des risques : un préalable indispensable

L'évaluation est l'étape initiale et incontournable de la démarche de prévention du risque chimique. Après l'inventaire des produits chimiques présents dans l'entreprise (matières premières, produits de nettoyage et d'entretien...) et des procédés qui émettent des poussières, gaz ou aérosols, leurs dangers respectifs doivent être caractérisés. Des informations importantes (nom de la substance, pictogrammes de danger, précautions à prendre...) figurent également sur les étiquettes des emballages et des contenants ainsi que sur les fiches de données de sécurité des produits. En complément, des actions de mesurage (métrologie) peuvent permettre d'évaluer plus précisément l'exposition des salariés. Pour réduire le risque, la priorité doit être donnée à la suppression des produits dangereux ou leur substitution par des produits moins ou pas dangereux. Pour les produits CMR, la recherche de cette substitution est une obligation réglementaire. Quand la substitution n'est pas techniquement possible, des mesures organisationnelles doivent être mises en place, comme la limitation du temps de travail aux postes exposés, la gestion des stocks ou la restriction d'accès aux zones exposées. Des mesures techniques, telles que le captage à la source, la ventilation des locaux ou le travail en vase clos (enceintes fermées, transfert des produits par tuyauterie, mécanisation de certaines tâches...) peuvent également être mises en place. Il est à noter que pour certains agents, comme les poussières de bois, la silice cristalline ou encore le chlore, il existe des valeurs limites d'exposition professionnelle (VLEP). Par ailleurs, une attention particulière doit être portée au stockage des produits, afin d'éviter les déversements accidentels et les réactions chimiques dangereuses. Enfin, lorsque ces mesures de protection collective sont insuffisantes, des équipements de protection individuelle peuvent être utilisés : appareils de protection respiratoire, gants, lunettes, vêtements de protection.


Conférence scientifique
« Le risque chimique – méthodes et techniques innovantes »

Conférence scientifique « Le risque chimique – méthodes et techniques innovantes »
 
Du 8 au 10 avril, l'INRS organise à Nancy une conférence scientifique sur le risque chimique. Destinée aux préventeurs, médecins du travail, experts et chercheurs, cette manifestation sera l'occasion de faire un point complet sur les méthodes innovantes permettant d'évaluer et de réduire le risque chimique.

Etienne

Auteur: Etienne

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires ( 0 )

Les commentaires sont fermés


aucune annexe



À voir également

Dans mon entreprise, j'étiquette les produits chimiques (ED 6197)

Cette brochure, a pour objet d'aider les chefs d'entreprise à mieux comprendre le rôle et l'utilité...

Lire la suite